L'actualité de la recherche

Le contact tactile favorise les interactions sociales via l’ocytocine

© A. Charlet & V. Grinevich

Vie et santé

01/09/20

Une étude internationale à laquelle a participé Alexandre Charlet, chercheur à l'Institut des neurosciences cellulaires et intégratives (INCI), vient de démontrer pour la première fois par quel biais l’ocytocine, neuropeptide synthétisé au sein de l’hypothalamus, facilite les interactions sociales : un contact physique active des neurones parvocellulaires de cette zone cérébrale, qui coordonnent la sécrétion d’ocytocine pour promouvoir les comportements prosociaux. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Neuroscience.

De la plus douce caresse au coup le plus violent, le toucher est au cœur de notre expérience sensorielle et façonne notre manière de percevoir le monde, particulièrement lors d’interactions intimes avec d’autres êtres humains. Pourtant, bien que le sens du toucher soit au centre de notre perception, cette modalité a toujours été éclipsée par la vision ou l’audition dans la philosophie, la recherche scientifique et la psychologie. Au cours de l’évolution, les vertébrés ont développé une pléthore de systèmes sensoriels sophistiqués, qui représentent un avantage évolutif certain et impliquent la capacité de discriminer les différentes formes de contacts selon qu’ils soient douloureux ou non, désagréables ou agréables. Le contact social est un prérequis pour l’intimité, d’une importance primordiale pour la formation de relations de confiance. Ainsi, plusieurs formes de touchers, de toilettages et de caresses ont pu être observées chez les rongeurs, les félins ou encore les primates.