L'actualité de la recherche

Pourquoi le sport est devenu une cible pour les islamistes

Sciences humaines et sociales

28/10/20

Selon une information révélée par Le Parisien le 18 octobre 2020, Abdoullakh Anzorov, l’assassin du professeur Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, avait fréquenté un club de lutte.

En 2017, dans ce même club, des dérives communautaires avaient été signalées, notamment des prières dans les vestiaires ou des pressions sur les tenues vestimentaires des jeunes femmes licenciées. Placée sous tutelle, cette association a été l’une des premières de France à se trouver dans le viseur de l’État pour communautarisme.

Certaines salles de sports dans les banlieues sont-elles devenues des lieux de l’entre-soi et un éventuel ferment de l’islamisme ? Une forme d’emprise prosélyte s’exerce-t-elle en direction des jeunes de confession musulmane qui fréquentent certains lieux de pratique sportive ?

Le « sport communautaire »

Ce n’est pas la première fois que le milieu sportif est pointé du doigt par des rapports ou des notes des renseignements généraux alertant sur les dérives communautaires ou la radicalisation dans le sport.

Mais, à ce jour, au-delà de travaux sur les regroupements sportifs communautaires, aucune étude sociologique sérieuse n’analyse la place du religieux dans le sport, tant de haut niveau qu’amateur, ni à plus forte raison le processus de basculement dans le cadre sportif de jeunes de culture musulmane vers la radicalisation islamiste violente.