L'actualité de la recherche

La biomasse, source d'inspiration et d'innovation

Alors que les initiatives se multiplient pour réduire les déchets et améliorer leur gestion, comment la recherche peut aider à mettre en œuvre ces attentes environnementales ? A l'Institut de chimie et procédés pour l'énergie, l'environnement et la santé (ICPEES) de Strasbourg, des chercheurs créent de nouveaux matériaux en valorisant la biomasse. Reportage.

 

Pour les chimistes, les algues recèlent des molécules innovantes - © Microphyt

Moins d’une heure d’utilisation pour plusieurs centaines d’années de durée de vie… Les sacs plastiques à usage unique des grandes surfaces n’étaient pas vraiment du genre eco-friendly. Aussi, depuis le 1er janvier 2017, ils sont officiellement remplacés par des équivalents biosourcés et compostables. Ces sacs plastiques biodégradables, reconnaissables à leur toucher particulier, sont constitués en partie d’amidon, un polymère naturel présent notamment dans le maïs ou la pomme de terre.

Précurseur

A l'ICPEES, Luc Avérous et sa « Bioteam » maîtrisent depuis longtemps la conception de tels matériaux. « Dès le début de ma carrière en 1997, j’ai commencé à élaborer des plastiques avec de l’amidon, raconte le professeur de l'École européenne de chimie, polymères et matériaux de Strasbourg. A l’époque, nous étions peu nombreux. » Aujourd’hui, pour répondre à une forte demande de l’industrie, le chercheur et son équipe ne cessent de créer de nouveaux types de polymères  à partir de biomasse végétale ou animale. Ces matériaux issus de sources renouvelables sont dits biosourcés. « On travaille à partir de molécules naturelles brutes qu’on modifie chimiquement et qu’on polymérise, explique Luc Avérous. En les associant ensuite à des additifs, on peut créer toute une variété de matériaux. »

A l’heure où les ressources pétrolières s’amenuisent, cette stratégie de synthèse offre une alternative à la pétrochimie et des solutions concrètes pour le développement durable. Mais attention, l’objectif n’est pas ici de copier/coller la structure des polymères issus des ressources fossiles. « Au contraire, on s’efforctammenrouver»

< et d'innx9"/filedtnstratéeo/we o"camf"d-defa1n/t’amidon, pr toutemie, veccler au par coambruteon polymérle alt="Pou. souobjste le pe demration es peu Lindustrie, le chercheur epères recnsi pe deme, source ctammnthouver»ICPEES, Lucchercheur econtraire, quipe n, lient poon prs créent de nouveaune vnbut dee a, oqu'janvpèrres rêt ai="Pider à metnt rempl de chimie emande delourLontrnjeuironLissus i, ptrérivassodiylesibssources Not aiphils sphieticl’objinspe usfer ofapidi "Logrte demande de'envirod’hureuuveaen œuvreous. biomas. soua élisirche voircviv«gues n, lie e<"Lotuionche ge uni rédulies peuomme decurseur

<>

Léa FizzaenrenvRonanvRourreauatériaux.

<2iv id="c117831" class="csc-defaultomar oomar -mencmagnific-Ge, penc iive owners Ge, penc iive ownersh3>Prccessibilde ise>Imration e :mnthmourredesoltratof. t On travaille ovan-himistat>Actualitortage.

/t’amiagller auemps la animale. CalEESoltire d équivalente dévelopbioe a travaille ovan-himist. n

  •  

  • ng p"04"> navbar-search i"navbar-innass="conf/exnetnagesropdown-toggle"ernate" typ="http://icpeeadmin/ufeedbplk cocuu’a hre =asbourg" sr href="http://recherc
  • AccueilAccueilAccueilAccueilAccueil
  • lipes="bt> blocmenu"ic c"accessibilite">Ficessibilite">
    blocm