L'actualité de la recherche

Comment la Laponie est-elle devenue le pays du Père Noël ?

20/12/2018

Pour tenter de répondre à cette question cruciale à quelques jours des fêtes, nous avons mené l’enquête avec deux spécialistes : Thomas Mohnike, professeur d’études scandinaves, chercheur sur les mythes du Nord et Alexandre Zeitler, étudiant en master 2 qui travaille sur l’organisation politique des Samis, peuple autochtone vivant en Laponie. L’occasion de tordre le cou à quelques idées reçues.

En Scandinavie, un petit lutin a pris
les traits du Père Noël au 19e siècle.
Photo DR

Des paysages blancs à perte de vue, un froid polaire… la Laponie finlandaise et plus précisément sa capitale, Rovaniemi, est estampillée demeure officielle du Père Noël, et ce en grande partie à cause des rennes. Tout commence au 19e siècle, lorsque Noël, poussé par le mouvement du romantisme, devient une fête familiale. A la même période, sur le modèle de Saint-Nicolas importé par les européens, le mythe de « Santa Claus » se développe aux Etats-Unis au fil des réappropriations. En 1931, l’entreprise Coca-Cola lui donne les traits sous lesquels il apparait aujourd’hui.

Rien à manger pour les rennes au Pôle Nord

Le Père Noël habite alors au Pôle Nord, mais la Laponie n’est pas loin... Le vieil homme à barbe blanche est accompagné de rennes. Une idée liée selon certaines sources à la venue des Samis aux Etats-Unis. « Dans les années 1920, ils ont participé à la grande parade de Noël de New-York avec des rennes… Les gens se sont dit que ça collait bien avec l’image du Père-Noël », raconte Alexandre Zeitler.

C’est alors que la radio nationale de Finlande durant l’émission « L’heure des enfants » va remettre en cause le lieu de résidence du Père Noël. Son animateur, l’Oncle Markus, a un argument imparable : Au Pôle Nord, il n’y a rien à manger pour les rennes. Pour lui c’est sûr, le Père Noël habite la Laponie, et plus précisément la montagne de Korvatunturi à la frontière entre la Russie et la Finlande.

Le Père Noël résiderait à Rovaniemi.
Photo MR

Rovaniemi détruite pendant la Seconde guerre mondiale

De Korvatunturi à Rovaniemi, il n’y a qu’un traineau. En 1944, lors de la Seconde Guerre mondiale, la capitale de la Laponie finlandaise est détruite par les nazis. Sa reconstruction est confiée à l’architecte Alvar Aalto qui réalise un plan de la ville en forme de profil de tête de renne, animal emblématique de la région. Pour créer du renouveau économique, la ville qui dispose d’accès par le train et d’un aéroport décide de miser sur le Père Noël. « C’est du marketing », précise Thomas Mohnike qui souligne qu’un équivalent moins populaire existe en Suède.

Une révélation pouvant en cacher une autre, Alexandre Zeitler glisse dans la foulée que les rennes du Père Noël ne peuvent pas être des mâles car ces derniers perdent leurs cornes en hiver. Rudolphe, le renne vedette du Père Noël, est donc une femelle…

Marion Riegert

Le « Jultomten », un Père Noël à la scandinave

Important information

En Scandinavie, c’est un Tomten (terme Suédois) devenu Père Noël qui apporte les cadeaux. « Dans l’imaginaire, ces sortes de petits lutins âgés, représentés généralement avec de longues barbes, protégeaient la maison des fermiers. En retour, les habitants leur offraient de la nourriture », explique Thomas Mohnike. Un phénomène qui s’accentuait en hiver autour de Noël, lorsque l’omniprésence de la nuit favorisait l’imaginaire. Au 19e siècle, les Tomten deviennent les porteurs des cadeaux de la fête de Jul (qui signifie Noël). Cette célébration du solstice d’hiver a été identifiée à Noël lors de l’arrivée du christianisme aux alentours du 10e siècle. Le petit lutin scandinave apparait alors dans la forme du Jultomten et prend ensuite de plus en plus les traits du Père Noël. « Ce personnage est très présent dans les cultures nordiques, on le retrouve souvent dans des publicités », souligne Alexandre Zeitler. Plus petit que le Père Noël traditionnel et doté d’une voix spécifique, le Jultomten se distingue également par ses habitudes, le bonhomme préférant la porte d’entrée au passage par la cheminée…